accueil De l'Oeuf au papillon Les papillons de France La vie des papillons L'anatomie des papillons Les prédateurs des papillons Les papillons tropicaux Forum

Les prédateurs des papillons

Prédateurs naturels
L'homme
Le camouflage
La dissuasion
Le mimétisme

 

 

 

Se cacher pour survivre

Un cache-cache permanent

Face aux nombreux prédateurs qui les guettent à chaque instant, les papillons doivent s'employer à de nombreuses ruses afin de ne pas être mangés. La technique la plus souvent utilisée, à tous les stades de l'évolution, est le camouflage, qui leur permet de se fondre dans la végétation dans laquelle ils vivent.

Le camouflage des chenilles
Les chenilles se camouflent non seulement en adoptant la couleur de leur milieu, mais aussi en prenant la forme de ce qu'elles imitent. Par exemple la chenille du géomètre du bouleau (Biston betularia) a la couleur des branches de bouleau, et a en plus une forme très allongée avec des petites bosses qui reproduisent parfaitement les bourgeons des brindilles. Ainsi, lorsqu'elle est au repos, il est presque impossible de la repérer. Dans un autre genre, la chenille de la noctuelle batis (Thyatira batis) a différentes teintes de brun et une forme plus ronde. Au repos, elle se place sur une feuille et ressemble alors à s'y méprendre à une fiente d'oiseau, qui n'attire pas l'attention des prédateurs.

Le camouflage des chrysalides
Au stade de chrysalide, le camouflage est encore plus important qu'à celui de chenille. Durant cette période, l'insecte est immobile et sans défense ; sa vie dépend donc de sa discrétion. Comme beaucoup d'autres chrysalides, celle du machaon est fixée à une tige et retenue par une ceinture de soie. Sa forme la fait ressembler à une feuille. Elle peut être de couleur verte ou brune, et il est probable que cette couleur dépende de celle du support.

La camouflage des papillons
C'est sans doute chez l'insecte adulte que le camouflage est le plus développé et le plus complexe. En effet, chez le papillon, c'est la coloration des écailles des ailes qui permet le camouflage. Le nombre d'écaille étant très élevé, les motifs qu'elles représentent peuvent être infiniment variés, et d'une très grande précision. Ajouté à cela, la forme des ailes est très variable et presque propre à chaque espèce. Ces deux éléments expliquent pourquoi les papillons sont si difficiles à repérer quand ils sont posés. Les papillons nocturnes sont généralement mieux camouflés que les papillons diurnes, pour la simple raison que durant tout le jour, ils restent immobiles, tandis que dans le même temps, les prédateurs chassent. Ils misent sur le fait qu'ils ne seront pas repérés. Cela explique aussi pourquoi les papillons de nuit sont souvent plus ternes que les papillons de jour. Parmi les as du camouflage les plus connus, il y a la Feuille morte du chêne (Gastropacha quercifolia), par sa forme de feuille et sa couleur brun-roux, et certains sphinx, comme le sphinx du liseron (Herse convolvuli), qui se confond parfaitement avec l'écorce des arbres. Mais beaucoup d'autres papillons plus petits, aux couleurs ternes, sont eux aussi presque impossibles à repérer dès qu'ils se posent au sol ou sur un tronc. Le plus célèbre est le géomètre du bouleau, qui, dans sa forme normale, est gris très clair afin de passer inaperçu sur les troncs de bouleau. Lorsque au nord de l'Angleterre, des mines de charbon ont été ouvertes, la fumée dégagée a progressivement noirci les troncs des bouleaux, rendant ce géomètre très vulnérable. Alors que plusieurs décennies plus tard, les chercheurs pensaient que l'espèce avait disparu de cette région, ils découvrirent une nouvelle forme, appelée carbonaria, dont la couleur était beaucoup plus sombre et parfaitement adaptée à leur milieu. L'espèce avait progressivement évolué : seuls les papillons de couleur sombre avaient pu survivre et se reproduire, donnant des descendants également sombres.

Les papillons de jour sont moins discrets car ils volent beaucoup durant la journée et doivent donc utiliser d'autres moyens de défense. Cependant, certains s'en sortent très bien avec la discrétion comme seule arme. C'est le cas pour le citron (Gonepterix rhamni), dont le dessus des ailes jaune vif attire le regard des prédateurs lorsqu'il vole. Mais aussitôt posé, il ferme ses ailes dont le dessous est vert, et a alors l'aspect d'une feuille, échappant ainsi aux yeux de ses poursuivants.